Une soirée au Manoir de Tout la Ville à Saint Martin aux Chartrains

Nous étions invités par madame Mad Leviels au Manoir de Tout la Ville à Saint Martin aux Chartrains.  18 rotariens souvent accompagnés de leurs conjoints ou parents se retrouvaient dans le beau parc entourant la demeure.  Janine et Sapé nous faisaient l’honneur de leur présence. Président Marcel Dubreuil accueillait Jean Dréano (que l’on ne présente plus) qui put nous rejoindre grâce à l’obligeance de PP Daniel Jusot ; Pieter Kalf, notre représentant à Bruxelles et Rosette ; Françoise Mignon-Pieroni du RC Toulon Liberté, Benoit Mignon, mari de la précédente, du RC Toulon Ponant ; Gerard-Philippe Grandjean du RC Paris Champs-Elysées.

 

Notre président nous précisa qu’il était né dans cette « maison de campagne » un certain 19 octobre 1944 - dans une Normandie juste libérée - mais aujourd’hui, il ignorait dans quelle pièce il avait vu le jour !…

 

Madame Michèle Clément, conférencière, rappela l’historique du manoir de Tout la Ville ; il semble que rien ne subsiste du moyen-âge et une grande partie du domaine actuel est la conséquence de l’enrichissement de bourgeois du 17/18ème siècle anoblis ensuite.

 

La grande période est celle du 19ème siècle, le manoir devint alors la propriété d’Adolphe Goupil, célèbre éditeur dont une des filles épousa Jean-Léon Gérôme, peintre académique qui eut son heure de gloire, plutôt oublié aujourd’hui. Il s’opposa aux impressionnistes dont l’art (à ses yeux) était un déshonneur ! Nombre des ses œuvres se trouvent aux USA.

 

Très résumé, un bref aperçu de sa vie : Jean-Léon Gérôme (1824/1904)… Le peintre des livres et dictionnaires ; ses œuvres ont illustré les livres de latin ; ainsi les professeurs illustraient, grâce aux peintures sur la Rome antique, leurs cours ; ceux de religion n’hésitaient pas à montrer les scènes de cirque où les chrétiens étaient livrés aux fauves…

 

Gérôme est l’ennemi des modernes ; Manet, Monet, Cézanne en feront les frais ; le legs de Caillebotte est partiellement refusé. A l’école des Beaux-arts, aussi à L’Institut, il défend sa conception de l’art ; l’image doit être le parfait reflet de la réalité, le détail est vrai. Une facture picturale lisse à l’opposé de l’impressionnisme qu’il vomit !

 

Il comprend toutefois toute l’importance de l’essor de l’ère industrielle et de la montée d’une nouvelle bourgeoisie riche à qui il propose des œuvres aux thèmes explicites voire osées – ex : « l’Intérieur grec ». La parentèle de Napoléon III, le duc d’Aumale achète ses toiles ce qui vaut mieux que d’obtenir un prix de Rome ; on le voit le personnage ne manque pas d’un certain cynisme !  Il profite du développement des technologies de reproduction (litho, photo.) La rencontre avec un éditeur, Adolphe Goupil, sera des plus fructueuses ; il épouse une de ses filles ; 2 enfants naîtront mais surtout cartes postales, clichés inonderont les monde entier ! Prolifique, il répond à la demande en proposant du romanesque, du patriotique, de l’ésotérisme… Il fait mieux, il se met à la sculpture, du petit bronze à la statue grandeur nature, il reprend ses sujets picturaux dans tous les matériaux possible.

 

La chute de Napoléon III l’incite à partir et rejoindre l’orient (qu’il connaît), Jérusalem, la Turquie et en il ramènera des quantités de toiles en ouvrant la voie de l’Orientalisme…

 

Il finira sa vie richissime, entouré de tous les honneurs, académicien, grand officier de la Légion d’Honneur… et loin de l’école moderne…

 

On peut lire sur Google différentes appréciations sur le personnage, et aussi consulter Wikipedia.fr. Ses œuvres se trouvent dans le plus grand musée virtuel : http://www.mystudios.com/artgallery à la lettre G, cliquer More et cliquer 2.



Après la présentation, le Président a remercié Michèle Clément pour une conférence des plus intéressantes à partir de laquelle nous avions tous beaucoup appris au sujet d'un artiste distingué qui avait peut-être été mal connu. Le Club a offert des œuvres de Simonne L'hermitte, membre du Club, à la fois à Mme Clément et Mme Leviels comme souvenirs de la soirée. Cela a été suivi par un agréable verre de rosé en cette fin d’après midi ensoleillée pour clôturer un agréable moment.


Un grand merci à Rosette Fabry pour toutes les photos de la soirée et à Nathalie Stucki pour l'organisation de l'apéritif.

D'autres photos de ce moment peuvent être vues et téléchargées en cliquant ici: -

      Rotary Club de Deauville © 2011 - 2018.  Mise à jour : 2018 03 13 : 10:30