Discours de Micheline Bonnet Vice présidente du jury prononcé pour la remise du prix littéraire du Rotary à Deauville. Le 20 novembre 2015.

vendredi 20 novembre 2015

 

Monsieur le ministre,

Cher président,

Monsieur le maire de Deauville,

Cher Gouverneur,

Chers amis.

 

Au nom du jury littéraire, je tiens à remercier Monsieur le maire de Deauville, le Gouverneur Christian Pagès de nous accueillir en leur belle et bonne ville de Deauville pour cette cérémonie de remise du prix littéraire des Rotary clubs de langue française.

Le jury littéraire du Rotary a été fondé en 1988 par Claude Laîné, alors président du club Paris Académies. Sous l’impulsion de Bernard Jung, alors gouverneur du D1660, il a pris une dimension nationale, puis plus largement francophone. Le prix est financé par l’ensemble des 18 districts français intégrant désormais le district 9010 (Maghreb) dont le past gouverneur Ahmed Jemmali nous fait aujourd’hui l’honneur de sa présence. Le prix est attribué chaque année à une œuvre littéraire qui met en relief les valeurs du Rotary International et promeut la francophonie.

Mais vous vous demandez peut-être à quoi et en quoi peut servir un prix littéraire du Rotary puisque la devise du Rotary est Servir d’abord. A quoi la littérature elle-même peut bien servir quand il y a tant de misère à soulager, de maladies à soigner voire à éradiquer, de mal nutrition, de conflits meurtriers dans le monde loin de chez nous et aujourd’hui près de nous. Il ne suffit pas de raconter des histoires, d’écrire de la poésie pour venir en aide à autrui. Et pourtant...

Si la littérature ne sert à rien en apparence, le livre est une fenêtre ouverte sur le monde et sur nous-mêmes. Que d’évasion, de rêveries, d’émotions, de découvertes, d’émerveillements le livre a pu susciter en chacun de nous depuis notre enfance. La littérature est d’abord une fête ! Quand nous lisons, nous nous étonnons, rions et pleurons, nous prenons conscience, nous nous opposons et nous résistons car la littérature est une arme pacifique contre toutes les tyrannies.

Avec les livres, nous nous promenons, nous voyageons, dans l’espace et dans le temps et c’est un chemin qui fait reculer l’ignorance. Lire, c’est apprendre et comprendre ce qui nous est étranger. C’est une école de respect et de tolérance.

Et ce n’est pas un hasard si le Rotary est attaché depuis longtemps à la prévention de l’illettrisme, ce fléau qui entraine dans son sillage toutes sortes de problèmes personnels, sociaux, professionnels. Combattre l’illettrisme, c’est sauvegarder la liberté de penser et les valeurs de culture véhiculés par les livres car, comme le disait Victor Hugo « la liberté commence où l’ignorance finit ».

Chers amis, « Si les mots sont les passants mystérieux de l’âme », comme dit le poète, qu’ils soient aussi les ambassadeurs de notre éthique et de nos valeurs, que le livre choisi cette année encore défende et illustre la belle langue française autant qu’il servira notre combat plus que jamais nécessaire pour la paix et l’entente entre les peuples.

Micheline Bonnet

Vice présidente du jury littéraire du Rotary.

 

     Rotary Club de Deauville © 2011 - 2018.  Mise à jour : 2018 05 22.  16:30